Petite séance de révision avant les examens de fin d’année
2018/03/07 0

 

en plus d’avoir écrit un message complètement merdique dans mon bottin tu as même pas été capable de le rédiger dans un français qui a un semblant d’allure sujet-verbe-complément ça te dit quelque chose tu étais bon à l’école tu étais capable d’avoir dans les 80 % et les 90 % sans trop mettre d’efforts pas comme moi en fait j’aurais pu être comme toi mais j’étais trop consciencieux studieux constipé ou un mélange des trois pour lâcher prise ça fait que je passais les récréations les heures de lunch les soirs de semaine et même les fins de semaine à étudier et à faire des devoirs ma mère avait arrêté de faire mes leçons avec moi en secondaire 3 ou 4 elle était vraiment écoeurée je la comprends elle voulait plus de temps pour écouter ses téléromans j’étudiais tout le temps j’étudiais jusqu’à en devenir malade pour un examen je pouvais mettre 10 20 heures parfois plus je faisais des maths au moins une à deux heures par jour et c’était sans compter le reste j’étudiais même la théorie en catéchèse en f.p.s. en choix de carrière en éducation physique j’apprenais la grammaire sur le bout de mes doigts je mémorisais toutes les dates en histoire j’y mettais autant d’ardeur que pour les trucs à Mortal Kombat quand j’arrivais aux examens deux scénarios se produisaient soit ils étaient tellement faciles que je les faisais les doigts dans le nez je finissais à peine de lire les questions que j’avais tout de suite les réponses comme pour l’examen final d’e.v.e en secondaire 5 qui était en fait identique à une pratique qu’on avait faite en classe soit je paniquais complètement je me figeais je perdais tous mes moyens je maîtrisais tellement la matière je connaissais tellement tout par cœur que je savais plus rien j’étais le dernier des derniers un pauvre cancre à qui on peut rien apprendre et qui veut surtout rien apprendre un disque dur vierge qu’on vient de formater mais sur lequel on peut rien enregistrer j’étais plus cet élève modèle que je voulais tant être le nerd fini de ma cohorte mais plutôt une pioche qui sait que l’échec l’attend inévitablement j’ai coulé deux fois en éducation physique parce que je stressais trop avant les tests pratiques surtout avec Éric c’était le genre de prof qui s’en foutait royalement des étudiants qui avaient de la misère il était tout le temps avec les bons ceux qui faisaient de l’interscolaire je voulais tellement performer je mettais la barre tellement haute que je finissais parfois par m’effondrer mais performer pour qui au fait mes parents me demandaient de réussir mais pas de décrocher la lune les autres s’en crissaient alors performer pour qui c’était juste la fucking pression que je me mettais sur les épaules et qui m’a jamais vraiment quitté depuis un A+ guy une plotte à 95 % sinon je braille ma vie et je me suicide vite fait bien fait s’il le faut je vais étudier pour apprendre à m’ouvrir les veines et quand je voyais des gars comme toi qui réussissaient très bien et qui pétaient même des scores en faisant pas grand-chose dans les cours et à la maison sauf zapper pitonner sur leur Playstation et se pogner le beigne à deux mains ça me faisait souverainement chier j’étais jaloux j’enviais votre assurance le contrôle que vous sembliez avoir sur votre vie alors que la mienne se dérobait à la moindre occasion à tous les instants je me disais comment ils font eux autres pour réussir sans trop mettre d’efforts puis j’étudiais encore plus je passais des soirées à travailler à la table de la cuisine pendant que mon frère et ma sœur couraient les chemins et que mes parents s’écoeuraient dans le salon ou qu’ils préparaient leur prochaine chicane j’en mettais encore plus jusqu’à ce que je sois brûlé quitte à ce que ça me nuise comme le gros blanc que j’ai eu pendant mon exposé oral sur Une vie de Maupassant en secondaire 5 étudier encore plus toujours plus pour avoir un peu plus d’emprise sur le réel sentir que plus rien m’échappe pour garder le contrôle me définir pour me prouver que j’existe que je suis quelqu’un