Fanie Demeule

BAGELS

En 2016, je publiais ‘Déterrer les os’ (Hamac), mon premier roman. Il parle (entre autres) de troubles alimentaires. Naturellement, on m’a posé la question ouverte à laquelle j’ai répondu tout aussi ouvertement.

Est-ce que j’ai vécu l’anorexie?
Oui.
Oui, mais.

‘Déterrer les os’ est avant tout un roman. Un texte de fiction sur l’échec des communications entourant la santé mentale, inspiré de ces moments où je me suis sentie couler sous la surface du monde.

‘Déterrer les os’ ne décrit pas l’appui incommensurable de mes proches ; ce n’était pas son objectif.

Mais c’est ce dont mes ‘Bagels’ veulent témoigner.

Chaque mois, j’en sors un du four. À la longue, le sac se remplira d’une douzaine d’hommages que j’offrirai aux personnes qui étaient là. L’arôme sucré de leur pâte me rappelle aujourd’hui qu’il y avait bel et bien une grâce dans ces visites chez St-Viateur Bagel avec mon père, le soir, après mes rencontres avec la psy.

Huitième bagel

Par |2019-09-13T07:29:19-05:0013 septembre, 2019|Non classé|

Résister à la tentation d’aller jogger jusqu’au fleuve n’est pas facile. Rester assise, une torture. C’est ce que la psy m’a demandé, pour éviter de continuer de perdre du poids. Rester assise après avoir mangé. Ses consignes ne font aucun sens, même si je sais que je dois les suivre.

Septième bagel

Par |2019-09-09T07:23:08-05:0023 août, 2019|Non classé|

J’éclate, me déverse. Des larmes étranges, primitives plongent. Je serai incapable de soulever la cuillère ni de rester à table.

Sixième bagel

Par |2019-09-09T10:51:14-05:0024 juillet, 2019|Non classé|

En entrant dans le pavillon, une énergie nouvelle me traverse. Je ne sais pas si c’est la froideur du bâtiment, son odeur d’imprimante et d’intellectualité, mais je sens qu’il se jouera ici quelque chose de spécial.

Cinquième bagel

Par |2019-09-09T10:52:49-05:0018 juin, 2019|Non classé|

Le vent de la fenêtre ouverte nous aide à poser les couches en accéléré. On se crinque, on se dit qu’on n’arrête pas. On termine aujourd’hui.

Quatrième bagel

Par |2019-09-09T10:53:46-05:0023 mai, 2019|Non classé|

Un instant, j’oublie ce qui nous a fait traverser à Montréal, aujourd’hui comme les quatre derniers lundis. J’oublie ma peau froide souffrant de l’oubli de ma veste. J’oublie mes indécisions, mes évitements.

Troisième bagel

Par |2019-09-09T10:54:51-05:0026 avril, 2019|Non classé|

Je manque abdiquer. J’hésite entre rire ou pleurer. Et c’est là que je sais.J’en fais deux. Deux visages sur deux feuilles distinctes. Le fait de m’appliquer à la tâche me permet d’affronter ce qui émerge du papier.

Deuxième bagel

Par |2019-09-09T10:56:08-05:0022 mars, 2019|Non classé|

On sonne à la porte. Je suis dans ma chambre, à entasser mes bibelots dans des boîtes. Je suis en train de me créer une chambre épurée, minimaliste. Ma mère m’appelle […]

Premier bagel

Par |2019-09-09T10:57:30-05:0027 février, 2019|Non classé|

Quand j’étais enfant, nous n’allions pas souvent à Montréal, sauf pour visiter ma marraine sur le Plateau, faire les courses au Marché Jean-Talon, ou acheter des bagels. Quand je vois mon père tourner ce soir sur St-Viateur, je sais exactement où il veut arrêter.