Transit
2016/01/20 1

tous   les   pores   de   ma   peau   crient   la   stupeur   rouge   qui   ne  peut   se   taire   le   torrent
traverse    mes    lèvres   sous   le   soleil    noir   calcine   le   sentier   la   coulée   ne   saigne   plus
le   passage   du   regard   escorte   une   ombre   revenue   de   l’intérieur  de  mon  corps  agonique
rature  ma  voix  dévie  la  marche  sur le territoire des bêtes aux pieds vêtus d’oiseaux aveugles une
idée  clocharde  accompagne  chacun  de mes pas devenus cendres  inachevées qui chuchotent :

« tu ne feras pas ton chemin parmi les squelettes inconscients de leur mort »