En résidence

Le Crachoir de Flaubert accueille des chercheur-créateurs ou des chercheure-créatrices en résidence qui bénéficient d’un espace privilégié pour explorer les différentes possibilités de sa double posture. La résidence est un lieu virtuel que l’artiste peut investir de la manière qui lui convient le mieux. À mi-chemin entre le blogue, la chronique et le feuilleton, cette résidence permet à l’artiste d’exposer à un vaste public les résultats de sa réflexion ou de sa création, les hypothèses qui sont les siennes, ses coups de tête et ses coups de gueule concernant la recherche-création. Ce lieu unique au monde lui appartient le temps de son séjour parmi nous et les propos tenus ici n’engagent que l’artiste, qui a carte blanche pour créer et réfléchir.

Pour postuler à cette résidence, en tout temps, veuillez contacter l’équipe avec une courte description de votre projet en écrivant à l’adresse suivante : contact@lecrachoirdeflaubert.org

Chercheurs-créateurs et chercheures-créatrices en résidence
2014 : Cassie Bérard
2015 : Vincent Mauger
2016 : Danielle Boutet
2017 : Chloé Savoie-Bernard
2017-2018 : Nicholas Giguère
2018 : Naomi Fontaine
2019 : Fanie Demeule
2019 : Valérie Forgues
2019 : Stéphane Ledien

7.

Par |2019-09-26T11:54:33-05:0026 septembre, 2019|Non classé|

Me ramancher sans l’aide de personne. Tentative de me fabriquer moi-même.

Feu rouge

Par |2019-09-19T07:12:38-05:0019 septembre, 2019|Non classé|

Ah, ce qu’il a hâte. Il grimpera, s’assiéra sur la banquette arrière. Il opinera, poli, indéchiffrable. Au feu rouge, il aspergera de carburant le type au volant.

Huitième bagel

Par |2019-09-13T07:29:19-05:0013 septembre, 2019|Non classé|

Résister à la tentation d’aller jogger jusqu’au fleuve n’est pas facile. Rester assise, une torture. C’est ce que la psy m’a demandé, pour éviter de continuer de perdre du poids. Rester assise après avoir mangé. Ses consignes ne font aucun sens, même si je sais que je dois les suivre.

6.

Par |2019-08-29T08:25:21-05:0029 août, 2019|Non classé|

La version idéale de moi dirait à F de rentrer chez lui. La version idéale de moi lirait un roman jusqu’à ce que ses yeux ferment tout seuls, irait fumer une cigarette sur la galerie en regardant briller la haute-ville au loin, écrirait un courriel à un être cher ; mais je suis tellement loin de cette femme-là.

Septième bagel

Par |2019-09-09T07:23:08-05:0023 août, 2019|Non classé|

J’éclate, me déverse. Des larmes étranges, primitives plongent. Je serai incapable de soulever la cuillère ni de rester à table.

HK53

Par |2019-08-19T14:33:32-05:0019 août, 2019|Non classé|

Un. Fusil. D’assaut. Il a perdu un foutu fusil d’assaut. Là-bas, sur l’autoroute, juste après que lui et les autres membres du groupe d’intervention tactique sont venus s’entraîner au champ de tir.

5.

Par |2019-07-26T07:33:35-05:0031 juillet, 2019|Non classé|

Quand me prend l’envie de jouer à la mère, j’ai tous les enfants que je veux dans ma tête. Des bébés imaginaires pour chaque homme que j’ai aimé. Ils restent en moi, protégés du danger. À l’abri de moi, de mes imperfections, de ma rage, de mon non-désir d’eux..

Sixième bagel

Par |2019-09-09T10:51:14-05:0024 juillet, 2019|Non classé|

En entrant dans le pavillon, une énergie nouvelle me traverse. Je ne sais pas si c’est la froideur du bâtiment, son odeur d’imprimante et d’intellectualité, mais je sens qu’il se jouera ici quelque chose de spécial.

En bloc

Par |2019-07-12T16:28:42-05:0017 juillet, 2019|Non classé|

Les commerçants tremblent rien qu’à l’idée que cette marée d’anarchistes, de vandales sans foi ni respect des lois et des règlements, puisse déferler dans leurs rues paisibles. Des restaurateurs, des patrons de bar et des vendeurs de souvenirs et de sirop d’érable s’évanouissent à la pensée d’une marche sur Québec.

4.

Par |2019-06-17T17:57:14-05:0027 juin, 2019|Non classé|

Ma mère n’a jamais eu de chambre à elle quand elle était petite. Elle se trimballait chaque soir avec ses affaires en demandant à ses sœurs plus âgées où elle allait dormir. Et ses mains de ramancheuse l’ont trimballée de village en village, dans des lieux glauques, pour masser des inconnus et les guérir avec son prétendu don.