DIRECTION

Écrivain et professeur de création littéraire à l’Université Laval, Alain Beaulieu est surtout connu comme romancier. Son œuvre compte actuellement quinze romans. Ses textes pour le théâtre ont été présentés en lecture publique à Montréal et à Québec. L’œuvre d’Alain Beaulieu a été couronnée de nombreux prix. L’auteur a remporté à deux reprises le Prix littéraire Ville de Québec–Salon international du livre de Québec – en 2006 pour Aux portes de l’Orientie et en 2007 pour La Cadillac blanche de Bernard Pivot. Paru en France et au Québec en 2010, Le Postier Passila a été finaliste au Prix du Gouverneur général en 2011. La même année, il a remporté le Prix à la création artistique du CALQ pour la région de la Capitale-Nationale. En 2014, il a reçu le Prix de la personnalité littéraire de L’Institut Canadien de Québec pour la qualité de son œuvre littéraire, son engagement soutenu auprès des écrivains de la relève ainsi que sa contribution au milieu littéraire de la capitale. Son plus récent roman s’intitule Malek et moi.

Andrée Mercier est professeure titulaire au Département des littératures de l’Université Laval et directrice du Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ). Elle a mené différents projets de recherche sur le récit littéraire québécois, de même que sur l’autorité narrative et la vraisemblance dans le roman contemporain. En ce moment, elle s’intéresse à des questions de narration problématique dans le roman. Elle a récemment dirigé avec Robert Dion le dossier «Narrations contemporaines au Québec et en France : regards croisés» (Voix et Images, no 106, automne 2010), de même que le dossier «Vraisemblance et fictions contemporaines» (Temps zéro, no 2, 2009), avec Pierre-Luc Landry et Christine Otis. Elle codirige, avec Alain Beaulieu et Neil Bissoondath, plusieurs étudiants à la maîtrise et au doctorat en création littéraire.

Mattia Scarpulla écrit des poèmes et des nouvelles. Doctorant en Études littéraires à l’Université Laval, son projet de recherche et création est soutenu par le Fonds de Recherche du Québec – Société et Culture. Il est aussi docteur en Arts, spécialité Danse. Il participe à la création de spectacles littéraires et dirige des ateliers corporels d’écriture. Il a publié col fiato(Manni, 2006), journal des traces(l’Harmattan, 2011), hallucinations désirées et origines en fuite (l’Harmattan, 2018) et Préparation au combat (Hashtag, 2019). Ses poèmes et ses nouvelles ont aussi été publiés par les revues Les ÉcritsZincVirages, et par DuB éditions.

DIRECTION

Écrivain et professeur de création littéraire à l’Université Laval, Alain Beaulieu est surtout connu comme romancier. Son œuvre compte actuellement quinze romans. Ses textes pour le théâtre ont été présentés en lecture publique à Montréal et à Québec. L’œuvre d’Alain Beaulieu a été couronnée de nombreux prix. L’auteur a remporté à deux reprises le Prix littéraire Ville de Québec–Salon international du livre de Québec – en 2006 pour Aux portes de l’Orientie et en 2007 pour La Cadillac blanche de Bernard Pivot. Paru en France et au Québec en 2010, Le Postier Passila a été finaliste au Prix du Gouverneur général en 2011. La même année, il a remporté le Prix à la création artistique du CALQ pour la région de la Capitale-Nationale. En 2014, il a reçu le Prix de la personnalité littéraire de L’Institut Canadien de Québec pour la qualité de son œuvre littéraire, son engagement soutenu auprès des écrivains de la relève ainsi que sa contribution au milieu littéraire de la capitale. Son plus récent roman s’intitule Malek et moi.

Andrée Mercier est professeure titulaire au Département des littératures de l’Université Laval et directrice du Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ). Elle a mené différents projets de recherche sur le récit littéraire québécois, de même que sur l’autorité narrative et la vraisemblance dans le roman contemporain. En ce moment, elle s’intéresse à des questions de narration problématique dans le roman. Elle a récemment dirigé avec Robert Dion le dossier «Narrations contemporaines au Québec et en France : regards croisés» (Voix et Images, no 106, automne 2010), de même que le dossier «Vraisemblance et fictions contemporaines» (Temps zéro, no 2, 2009), avec Pierre-Luc Landry et Christine Otis. Elle codirige, avec Alain Beaulieu et Neil Bissoondath, plusieurs étudiants à la maîtrise et au doctorat en création littéraire.

Mattia Scarpulla écrit des poèmes et des nouvelles. Doctorant en Études littéraires à l’Université Laval, son projet de recherche et création est soutenu par le Fonds de Recherche du Québec – Société et Culture. Il est aussi docteur en Arts, spécialité Danse. Il participe à la création de spectacles littéraires et dirige des ateliers corporels d’écriture. Il a publié col fiato(Manni, 2006), journal des traces(l’Harmattan, 2011), hallucinations désirées et origines en fuite (l’Harmattan, 2018) et Préparation au combat (Hashtag,2019). Ses poèmes et ses nouvelles ont aussi été publiés par les revues Les ÉcritsZincVirages, et par DuB éditions.

COMITÉ

Julien Beaupré fait présentement sa maîtrise en création au département de langue et littératures françaises de l’Université McGill. En parallèle, il a publié quelques textes dans les diverses revues étudiantes du Québec.

Après avoir étudié en Arts, lettres et communication au Cégep Garneau, Laurence Bertrand a entamé en septembre 2016 un baccalauréat en Études littéraires — concentration Création littéraire — à l’Université Laval. Elle écrit de la poésie versifiée depuis quelques années. Quelques-uns de ses poèmes sont apparus dans le Recueil intercollégial de poésie. Elle a obtenu la bourse Hector-De Saint-Denys-Garneau en 2018 pour sa suite poétique La parade des morts.

Étudiante à la maîtrise à l’Université Laval, Sara Garneau complète un mémoire de recherche-création, sous la supervision de François Dumont et de Christiane Kègle. Dans le cadre de ses recherches, financées par le CRSH, elle questionne la relation entre l’écriture et la résolution du deuil. Elle assume un poste d’adjointe à la rédaction pour la revue Études littéraires. Elle a publié dans la revue Le Crachoir de Flaubert. Depuis quelques années, elle collabore avec Emilie Clepper qui a mis en musique ses textes sur son dernier album (Emilie Clepper et La grande Migration).

Arianne Lefebvre est étudiante au doctorat en études littéraires à l’Université Laval. Après avoir complété une maîtrise en études anciennes et un certificat en philosophie, elle poursuit des recherches portant sur le christianisme dans la littérature québécoise. Elle compose aussi, parfois, des poèmes, nouvelles et autres fictions.

Karine Légeron est étudiante à la maîtrise en création littéraire de l’Université du Québec à Montréal. Dans le cadre de son mémoire, elle s’intéresse aux liens entre territoire, écriture et texte; plus précisément, elle cherche à comprendre comment un lieu influence tant le processus de création que l’œuvre elle-même. En 2015, elle a publié un recueil de nouvelles, Cassures, aux Éditions Sémaphore (Montréal). Elle a également publié dans la revue Rue Saint Ambroise.

Après l’obtention d’un certificat en théâtre et d’un baccalauréat en création littéraire, Leïka Morin se consacre à une maîtrise en littérature des femmes sous la supervision de Mylène Bédard. Très impliquée dans le milieu culturel de Québec, elle a travaillé au sein de l’équipe de la Maison de la littérature et du festival Québec en toutes lettres. En tant qu’auteure de la relève, elle a notamment publié une nouvelle dans le recueil Idées noires à emporter aux Éditions L’Hybride et a été sélectionnée pour participer aux Ateliers d’écriture de Muret en France.

Jean-Nicolas Paul est au doctorat en création littéraire à l’Université d’Ottawa. Il travaille sous la supervision de Monsieur Christian Milat. Sa thèse porte le titre La pensée romanesque. Il a terminé sa maîtrise à l’UQAM en 2010 et a enseigné au collégial avant d’entreprendre des études de troisième cycle. Il a publié des nouvelles littéraires et des articles scientifiques.

Josée Ratté est étudiante à l’Université Laval à la maîtrise en recherche-création sous la supervision d’Alain Beaulieu. Son mémoire de recherche se décline en deux sections, l’une comprenant une réflexion sur la place que prend le suicide dans la littérature et l’autre prenant la forme d’un roman ayant pour thème central le suicide. Très impliquée dans son milieu, elle porte plusieurs chapeaux qui lui permettent de relever différents défis. Tout d’abord, elle est journaliste pour le journal étudiant de son université, Impact Campus, ainsi qu’Intercom magazine, journal des étudiants.es en communication. Elle fait du tutorat au Cégep Limoilou, enseigne des cours de français langue seconde, travaille sur son premier roman, et gère un groupe d’officiels lors de course de Stock-car, durant la période estivale.

Clotilde Rieant a complété un baccalauréat en études littéraires — concentration création — à l’Université Laval. Elle termine présentement sa maîtrise en recherche-création sous la direction d’Alain Beaulieu et de Jean-Philippe Marcoux. Ses centres d’étude, d’écriture et d’intérêt portent sur le blues, le genre noir et la prose.

Aileen Ruane est étudiante au doctorat en études littéraires à l’Université Laval. Elle travaille sous la direction de François Dumont et de Brad Kent (co-directeur), et sa thèse porte sur les notions d’altérité et de performativité dans les traductions québécoises des pièces de théâtre irlandaises. En 2013 à l’Université de l’Illinois à Urbana-Champaign, elle a complété sa maîtrise en études françaises sous la direction de Laurence Mall. Elle est aussi titulaire d’un baccalauréat en langue française et en théâtre de l’Université de Kent State. Elle est présentement auxiliaire/assistante d’enseignement dans le Département de langues, linguistiques et traduction, et elle enseigne la danse irlandaise avec l’école Violon-Vert.