V
2016/03/23 1

Ce texte a été écrit dans le cadre du cours « Exploration des genres » donné à l’automne 2015 par Chloé Savoie-Bernard à l’Université de Montréal.

les ombres des rideaux signent en
chœur la lumière de la rue apaisent
l’envie qu’ont mes yeux de
se cogner au mur entraînent mon
regard vers l’arbre qui bloque le
lampadaire pousse
vers la lune bombe

la lumière jaune permet
de tenir d’avoir à
tenir à soutenir l’eau froide
épaissit la surface de ses
feuilles froides de tenir
d’avoir à tenir d’avoir
à soutenir la montée de

l’eau depuis le cul de racines auquel
il puise son vertige le
calorifère tinte son
métal ébréché
flaire les claques du
gaz sous la bouilloire
ma gorge

se réchauffe la vapeur se
refroidit s’enfonce dans les
coutures du divan fuit
l’air de l’entrée qui se mêle à
celui des routes boit la
brûlure de l’asphalte
lève la poussière
ronge les

carcasses de voitures se
réfugie sous les trampolines
entre et sort des cuisines et des
chambres se verse dans
l’espace se tord à travers le
bloc les rues les villes
court les atmosphères de pays qui

brillent d’un jour sale
transigent de gorge en
poumon jusqu’aux
cellules pactisent à
coup de molécules d’
azote tarissent et découpent en
étouffent l’appétit

de nos feux le divan se
flétrit la cuirette s’étiole elle
colle à mes cuisses elle
s’arrache à regret à son
air je ramasse le balai les
lambeaux suivent le crin jusque
dans les entailles qu’a laissées ton
départ dans le plancher


d’après Marilyn Hacker