Au matelas
2018/05/03 0

Ce texte a été écrit dans le cadre du concours Reliures organisé en 2018 par les Jeunes programmatrices de la Maison de la littérature de Québec.

je me suis étendue à merveille
le corps arqué la bouche ouverte
j’ai levé le poing regardé ma main
retournée on aurait dit que je cherchais où poser
mes yeux sur le plancher cellophane
le carrelage m’asphyxiait

je me suis étalée
à la crevasse de l’artère
j’ai foncé comme dans les films
je suis allée au matelas
maintenant je fabrique des accidents d’auto
c’est mon image préférée elle sonne juste
appropriée pour illustrer l’accélération
le cœur qui s’écrase le dérapage

je ne mesure pas l’amplitude
du bruit qui m’habite
à quel point je vais nue
à quel point il n’y a personne
pour me donner les réponses
quand j’y pense

il reste très peu de temps et je continue
d’aller si lentement
au pivot je ne distingue plus les traits
je cherche quelque chose
qui ne me coulerait pas entre les doigts

je m’étourdis pour m’étourdir
je serre les dents
la nostalgie comme un fil
mes yeux mitraillettes ma peau déroulée

je ne me rends pas compte du décalage
installée entre mon souffle et celui des assiettes brisées
ma chaleur répandue sur les morceaux de céramique
à un moment je me demande si c’est vraiment moi
coincée sous la carcasse
et si quelqu’un aura les pinces assez solides
pour m’y arracher