Appel de textes

Le voyage de mots et de voix dans le corps de Mathieu Arsenault. Considérations sur le texte et la performance de La vie littéraire.

Par |2019-03-05T00:51:15-05:0028 février, 2018|Non classé|

Le spectateur est témoin, sur scène, du flux continuel de pensées du personnage. Arsenault est agité par un vent d’informations, ses membres et ses paroles vont dans tous les sens, il semble lutter contre l’énonciation de ses affirmations. Il représente ainsi un rapport conflictuel avec son rôle social d’artiste. La vie littéraire traite de la légitimation à laquelle les auteurs aspirent en créant des œuvres.

La vie littéraire trafiquée de/par Mathieu Arsenault

Par |2019-03-05T01:15:33-05:0021 février, 2018|Non classé|

Lorsque l’on se présente à ce genre de spectacle éponyme dit « littéraire » et, qui plus est, investi par son propre auteur, on est en droit de s’attendre à une lecture jouée. Toutefois, Arsenault semble refuser toute étiquette de comédien et, même s’il a été guidé par le metteur en scène et homme de théâtre Christian Lapointe dans la production de ce spectacle, il est clair que le désir des deux créateurs est de présenter sur scène Arsenault lui-même et non pas une quelconque incarnation de sa protagoniste.

Petite introduction à la masturbation

Par |2016-12-21T15:04:46-05:0021 décembre, 2015|Non classé|

Entreprise de détournement poétique didactique et de réécriture de la réglementation corporelle, le Guide de l’usager moyen emprunte à la fois à la tradition scripturale du traité de civilité, tel que pratiqué à la Renaissance par Castiglione dans Le courtisan et par Erasme dans La Civilité puérile, et à sa forme moderne, les guides éducatifs de bonnes mœurs et de bon usage.

Mots trouvés/Mots cachés

Par |2016-12-21T15:04:52-05:0016 décembre, 2015|Non classé|

Dans ses poèmes Meb aborde fréquemment le banal, le quotidien et l’intérieur. Elle préfère les formes brèves qui obéissent souvent à des contraintes visuelles ou formelles, cachées ou révélées, dans lesquelles le contenant engendre le contenu (métrique symbolique, acrostiche, mésostiche, blackout poetry). Elle aime utiliser des mots simples dans des combinaisons inattendues, absurdes voire surréalistes.

Athènes polyphonique

Par |2016-12-21T15:04:58-05:0014 décembre, 2015|Non classé|

Leur rythme aléatoire est l’origine insulaire Qui rédige le pont poétique brumeux en noir et blanc En haut les aigles articulent les rayons du papier en fragments L’ode inachevée noircit le néant ensoleillé de la musique

Éloge de la solitude

Par |2016-12-21T15:05:05-05:009 décembre, 2015|Non classé|

Québec aux soirs d’été; on ne saurait la décrire. Il y a quelque chose dans sa façon de bouger, d’illuminer le ciel, qui nous fait indubitablement tomber sous son charme. En prenant le temps de l’observer, on se rend compte que beaucoup de choses semblent se décider à l’angle de Saint-Jean et d’Honoré Mercier. On y va et on y vient en toutes directions, habituellement pour aller prendre un coup dans l’un des innombrables bars éparpillés à travers les vieilles rues de la ville.

Je le dis juste parce qu’on part bientôt

Par |2016-12-21T15:05:11-05:007 décembre, 2015|Non classé|

Mais surtout, partir d’ici. Quitter le plancher gris de milles manières comme le flan d’une truite mouchetée, abandonner les murs ponctués de mouches mortes laissant des marques où se confondent le rouge et le noire, ne plus voir la salle de bain qui a mal au ventre, par en haut; les ronds noirs sur les ballonnements du plafond se multiplient, la chair du mur se déploie à travers la peinture. Nous partirons, la fuite est prévue : quatre personnes dans moins de 50 mètres carré, c’est trop.