Forum interuniversitaire 2015 des étudiant-e-s en création

Le Forum interuniversitaire des étudiants en création réunit annuellement des finissants et diplômés de maîtrise et de doctorat des secteurs de création des universités québécoises. Cette année, ce colloque interuniversitaire s’est tenu le 27 mars 2015 à l’Université du Québec à Montréal. Afin de témoigner de la diversité et de la richesse de ce champ d’études, ce dossier regroupe un grand nombre de communications prononcées lors de cet événement.

Le Forum permettait la présentation de travaux d’écriture et de réflexion sur l’écriture dans un esprit d’ouverture et de collégialité. Dans un souci de créer un lieu de recherches esthétiques et de réflexions critiques accueillant des démarches diverses, tantôt complémentaires, tantôt très éloignées les unes des autres, le Forum ne privilégiait pas une approche thématique de la relation à l’écriture et à la création. Les participants étaient alors invités à présenter une communication élaborée à partir du dossier réflexif de leur mémoire ou de leur thèse, dans laquelle l’accent était mis sur les enjeux de leur démarche d’écriture et de pensée.

Directrices du dossier :
Camille DESLAURIERS
Isabelle MIRON
Sarah ROCHEVILLE

Polyamour polyphonique : multiplier les voix narratives pour représenter des partenariats affectifs alternatifs (et le chaos qui s’en est suivi)

Par |2016-12-21T15:07:20-05:007 octobre, 2015|Non classé|

À l’hiver 2012, quand j’ai décidé de faire du polyamour le thème central de mon projet de mémoire, autant pour l’essai que pour la partie création, je me suis mise en quête du plus grand nombre de romans possibles qui mettent en scène cette « orientation relationnelle présumant qu’il est possible [et acceptable] d’aimer plusieurs personnes et de maintenir plusieurs relations amoureuses et sexuelles à la fois ».

Martha : poïétique et vulnérabilité sous tension

Par |2016-12-21T15:07:28-05:007 octobre, 2015|Non classé|

Or, dans Martha, les jeux de séduction auxquels se livrent le peintre et sa muse ne conditionnent plus les modalités du rituel de pose, celui-ci s’appuyant désormais sur une fascination du peintre pour la vulnérabilité de son modèle, vulnérabilité qui devient le matériau de la création, son souffle en quelque sorte.

Création de personnages et de mondes fictionnels voisins

Par |2016-12-21T15:07:43-05:007 octobre, 2015|Non classé|

[J]’en suis venu à la conclusion que les visions du monde véhiculées par les œuvres de Michaux, de Calvino et de Chevillard, mais aussi par la mienne ont en commun de proposer une nouvelle façon d’être au monde qui permet autant d’y être étranger que de s’y inscrire en étranger, autrement dit une façon qui ne répond en rien à ce que la société attend de ses acteurs.

Écriture et altérité : « rétroviseur » sur la littérature québécoise

Par |2016-12-21T15:08:13-05:0030 septembre, 2015|Non classé|

C’est donc à plusieurs filiations que mon texte se rattache, proposant du même coup non pas une postérité statique et écrasante, mais plutôt un héritage en acte, morcelé, fragmentaire et puisant à plusieurs sources – à l’instar de l’héritage littéraire québécois. Et ce qui est primordial, c’est que l’héritage n’est pas entendu comme un fardeau à supporter ou comme une exigence de fidélité, mais comme le moteur de mon processus créatif. Ma démarche s’inscrit donc dans une réflexion plus large sur les pratiques d’écriture, mais prend surtout appui sur une question fondamentale : comment écrire avec les autres?