Etudes littéraires

La traduction littéraire : l’art du flou cohérent.

Par |2019-03-26T09:06:14-05:001 avril, 2019|Création littéraire, Etudes littéraires, Recherche-création, Textes de reflexion, Traduction|

Le travail du traducteur tombe assez rapidement en désuétude ; après une certaine période, tout est à recommencer. Le traducteur doit apprendre à vivre avec cette sorte d’obsolescence programmée. Il est le moine tibétain qui, pendant des jours d’efforts et de patience, dessine un magnifique mandala de sables colorés et qui, au terme de son éreintant labeur, efface son œuvre du revers de la main.

Enchantés d’être désenchantés… ou pas

Par |2019-04-02T10:18:32-05:0026 mars, 2019|Création littéraire, En résidence, Etudes littéraires, Roman, Stéphane Ledien, Textes de reflexion|

Près de vingt ans après sa publication, et alors qu’une nouvelle génération a supplanté celle du néo-polar, l’analyse d’Annie Collovald fait par ailleurs incidemment ressortir la rupture éthique qui semble s’être depuis opérée dans le roman policier noir hexagonal, littérature où s’inscrivent en creux les polarisations sociales et politiques de l’après-11 Septembre.

Tour d’horizon d’un modèle à suivre pour qui aspire à écrire du « noir »

Par |2019-04-02T10:19:37-05:0018 mars, 2019|Comptes rendus, Création littéraire, En résidence, Etudes littéraires, Roman, Stéphane Ledien, Textes de reflexion|

Alors, que raconte cette Histoire de la Série Noire ? Première chose, l’évolution de celle que les initiés ont surnommée la « dame en jaune et noir » y est retracée au fil des tendances du roman policier, surtout anglo-saxon au départ. Pour le bonheur de ceux et celles qui aspirent à écrire du ...

Imposteur

Par |2016-10-22T14:16:56-05:0014 septembre, 2016|Etudes littéraires, Textes de reflexion|

Or, trois mois, cinq romans et deux dissertations furent nécessaires pour que je découvre le subterfuge de l’écrivain. Je compris que Ferron avait le regard de Paludes. Il savait qu’une fois accroupi devant la porte close, son œil posé contre le trou de la serrure, un paysage grandiose se révélerait à lui. Il savait se pencher à bon escient. Les géants de ce monde connaissent la valeur de ce talent. Là où la plupart n’auraient distingué qu’une serrure, il apercevait des merveilles. Et si les merveilles refusaient de poindre devant son œil épieur, il les inventait de toutes pièces, à la fois démiurge et tartufe.

Y a-t-il un art non engagé? Pour une distinction entre engagement fondamental et engagement appliqué

Par |2016-05-24T09:12:20-05:004 mai, 2016|Etudes littéraires, Textes de reflexion|

Toute œuvre d'art relève d'un engagement latent : c’est l’enjeu de ce texte. Sans nullement considérer que les œuvres non engagées ne relèvent pas de l’art, l’idée est davantage de soutenir que même les œuvres apparemment non engagées ont un impact social. Il s’agit pour ce faire de repenser la notion d’engagement d’un point de vue plus fondamental et de repenser l’opposition « pureté/engagement » en l’ancrant dans une histoire des idées et en la confrontant aux notions voisines « spéculatif/pratique » et « fondamental/appliqué ».

« Résister. Transgresser. Créer dans les ruines de l’université » : une conférence de Pierre-Luc Landry

Par |2016-05-24T09:21:51-05:004 avril, 2016|Baladodiffusion, Création littéraire, Culture populaire, Etudes littéraires, Recherche-création, Roman, Textes de reflexion|

 

Le 11 mars 2016, Pierre-Luc Landry prononce à l’Université d’Ottawa la conférence « Résister. Transgresser. Créer dans les ruines de l’université ». L’événement se tient dans le cadre d’une série de conférences sur les lieux […]

« Investir l’espace de la page » : une conférence de Gabriel Marcoux-Chabot

Par |2016-02-14T22:28:37-05:0015 février, 2016|Baladodiffusion, Création littéraire, Etudes littéraires|

Le Crachoir de Flaubert a amorcé un cycle de conférences sur la recherche-création à l’Université Laval et vous offre la baladodiffusion de la première rencontre ayant eu lieu le mercredi 27 janvier 2016 dès 11 h 30 avec Gabriel Marcoux-Chabot, auteur de Tas-d’roches (Druide, 2015).

« Les lieux de créations de l’humour d’ici et son caractère transfrontalier » : une conférence de Pierre-Michel Tremblay

Par |2016-02-02T11:34:05-05:008 février, 2016|Baladodiffusion, Création littéraire, Culture populaire, Etudes littéraires, Performance, Recherche-création, Textes de reflexion, Théâtre|

 

 

Le 27 janvier 2016, Pierre-Michel Tremblay prononce à l’Université d’Ottawa la conférence « Les lieux de créations de l’humour d’ici et son caractère transfrontalier ». L’événement se tient dans le cadre d’une série […]

Martha : poïétique et vulnérabilité sous tension

Par |2016-12-21T15:07:28-05:007 octobre, 2015|Colloque, Création littéraire, Dossiers thématiques, Etudes littéraires, Forum interuniversitaire 2015 des étudiant-e-s en création, Textes de reflexion|

Or, dans Martha, les jeux de séduction auxquels se livrent le peintre et sa muse ne conditionnent plus les modalités du rituel de pose, celui-ci s’appuyant désormais sur une fascination du peintre pour la vulnérabilité de son modèle, vulnérabilité qui devient le matériau de la création, son souffle en quelque sorte.

Pour une désorientation queer à l’université

Par |2019-03-05T01:04:27-05:0012 mai, 2015|Culture populaire, Dossiers thématiques, Etudes littéraires, Investir les marges, Table ronde, Textes de reflexion|

Par ce court texte je me positionne en tant que chercheuse formée dans un système euroaméricain entreprenant l’étude des littératures autochtones. Après avoir examiné plusieurs pistes en ce qui concerne ma recherche sur les littératures au Canada, dont une exclusion absolue des œuvres autochtones dans mon corpus, et après avoir lu une panoplie d’arguments à propos des relations de pouvoir problématiques se manifestant dans les études autochtones entreprises par les chercheur/ses européen/nes, je ne suis arrivée qu’à un début : la désorientation queer de la théorie.